Caen – Bordeaux (25/11/2017)

Caen – Bordeaux (25/11/2017)

Caen – Bordeaux (25/11/17)

N° 352 : Caen 1 – 0 Bordeaux (25/11/17) / Stade Michel d´Ornano

Compte-rendu

Pas de compte-rendu


Caen – Bordeaux (07/02/2017)

Caen – Bordeaux (07/02/17)

N° 329 : Caen 0 – 4 Bordeaux (07/02/17) / Stade Michel d´Ornano

Compte-rendu

Pas de compte-rendu


Caen – Bordeaux (14/05/2016)

Caen – Bordeaux (14/05/16)

N° 307 : Caen 1 – 0 Bordeaux (14/05/16) / Stade Michel d´Ornano

Compte-rendu

Pas de compte-rendu


Caen – Bordeaux (07/03/2015)

Caen – Bordeaux (07/03/15)

N° 268 : Caen 1 – 2 Bordeaux (07/03/15) / Stade Michel d´Ornano

Compte-rendu

Pas de compte-rendu


Caen – Bordeaux (08/04/2012)

Caen – Bordeaux (08/04/12)

N° 194 : Caen 1 – 0 Bordeaux (08/04/12) / Stade Michel d’Ornano

Compte-rendu

Pas de compte-rendu


Caen – Bordeaux (25/09/2010)

Caen – Bordeaux (25/09/10)

N° 161 : Caen 0 – 0 Bordeaux (25/09/10) / Stade Michel d’Ornano

Compte-rendu

Pas de compte-rendu


Caen – Bordeaux (30/05/2009)

Caen – Bordeaux (30/05/09)

N°116 : Caen 0 – 1 Bordeaux (30/05/09) / Stade Michel d’Ornano

Compte-rendu du bus rouge : Populaire

En route pour le titre de champion de France …

La date du samedi 30 ami est cochée depuis longtemps par le bureau. On se doute que le record de participants pour un déplacement peut être battu.
La fin de saison exceptionnelle des girondins donne une saveur particulière à cette rencontre.
Très vite nous réservons au club 150 places dans la tribune visiteur de Caen.

Au final, la demande pour ce match est exceptionnelle. Nous sommes obligés de refuser du monde. On aurait facilement pu faire un 4eme car.
C’est donc 3 cars qui vont partir de Paris pour une fiesta mémorable. La répartition des cars est une prise de tête pour le bureau. Au final, une solution est trouvée :
– Car rouge : Bus Populaire (les anciens, les alcooliques, …)
– Car orange : Bus Bois-Peu (les jeunes, les puceaux, …)
– Car vert : Bus Lecteur de l’Equipe (les amoureux du quotidien L’Equipe, …)

A noter la référence aux feux tricolores dans les couleurs attribuées au bus (hein Vangogh !!!).

Avant le départ, je m’occupe avec l’aide de Riera et Ben-Beck de la distribution des places.
C’est un peu la cohue. Dick Byrne explique la répartition des cars.

15h30′ : C’est parti, direction le stade Michel d’Ornano de Caen
Je m’installe dans le bus rouge. On y retrouve la plupart des anciens de l’asso.
La fête bat son plein, l’alcool coule à flot.
Personnellement, j’ai ramené une prune artisanale (qui avait fait si mal à Dick un jour de tomates farcies chez moi). Je fais une distribution de loukoum. Le sucre glace enrobant les loukoums servira de jeu bien sympathique au fond du bus.
Cindy aura le droit de gouter cette poudre blanche. Certains chantent à la gloire de Gasquet.

On se dirige tranquillement vers Caen. La fête battant son plein, j’oublie de demander à José de s’arrêter à Romainvilleirs pour récupérer Pam et Cie. En fait, je croyais que le 1er arrêt était le péage de Mantes. On fait un demi-tour, José n’est pas très content.
On récupère Pam et ses 5l de punch (qui seront très ou trop vite bu). Il y a également Patrice qui a tenu son pari et ramené un cadi entier de bière pour rincer tout le bus.
A noter que Mario commence a être mal.

Swe3et réalise un mooning sur la tête de x (désolé mais me souvient plus). Cette belle action lui vaudra de gagner un tee-shirt collector (GI-RON-DINS). Ce ne sera que le début de swe3et dans son plus simple appareil.
De temps en temps les cars se doublent et c’est l’occasion de concours de mooning endiablé.

Le temps passe et nous ne sommes pas en avance. Une seule pause (rapide) sera effectuée afin de permettre d’être à l’heure à Caen.
Regrouper tout le monde pour la photo fut fatigant. Ce sera au final une belle photo de groupe (trop nombreux pour cadrer tout le monde) seulement perturbée par un cul black.

On remonte dans le bus pour les 50 derniers km. A ce moment là, les chants vont redoubler d’intensité. Cela a été une ferveur comme rarement entendu dans un bus. Tout le monde chante. On s’essaye à des chorégraphies (assis on enc… l’om, debout on enc… l’om). Je me sers du micro pour lancer des chants.

20h : arrivée dans le parking du stade
Les 8 bus de Bordeaux sont déjà présents. Le parcage visiteur est bien évidemment plein pour l’occasion.
Jusqu’au but de Gouffran, la tension et le stress vont m’empêcher de chanter. Je crois ne pas être le seul. Pam est encore plus stressé que moi. A chaque action chaude de Caen (c’est à dire très peu) on s’amuse à tendre le bras et montrer que l’on ne tremble pas et qu’on est totalement serein.
Dés lors que Gouffran marque, le parcage va s’enflammer. Les chants vont redoubler d’intensité. La fête va être immense. L’annonce des 4 buts de l’OM ne change rien. On s’en fout, nous on mène et le titre nous tend les bras.

22h45′ : L’arbitre siffle la fin du match.
Ca y est, on est champion de France.
Personnellement, c’est mon 5eme titre avec Bordeaux et le 2eme suivi en direct live (j’étais au Parc des Princes un soir de mai 1999).
Ce titre aura une saveur particulière. Fêter ça avec toute une association est quand même bien plus sympathique que tout seul dans le stade (eh oui, en 99 j’étais perdu dans une tribune de Paris).
La communion avec les joueurs sera mémorable.
Triaud arrive sans son costume (qui n’a pas du aimer le champagne) et lance le chant : qui ne saute pas est marseillais. Tout simplement énorme.
Tous les joueurs reviennent après leurs douches et chacun lance un chant repris en cœur par toute la tribune. Celui de son excellence Diawara posera des problèmes à Protus.
Le bonheur est immense, que c’est bon d’être champion qui plus est en finissant une nouvelle fois devant les sardines.
Il est presque minuit et il faut quitter la tribune et rejoindre Paris.

Un nouveau concept va être instauré lors du retour : La nuit Champion de France by MB IDF.
Le retour fut épique et mythique. Ca chante, ça boit, ça danse, …
Anubis a eu la très bonne idée de préparer un CD (au passage ses cd et l’ambiance qu’il met vont nous manquer, un peu moins ces confettis).
Anubis a également préparé un tifo papier toilette. Du plus bel effet !!!
We are the Champion, Le lion est mort ce soir, … Tout est (presque) bon dans son cd. Certes après l’avoir entendu plusieurs fois en boucle, cela a fini par devenir pénible.
On est dans une ambiance boite de nuit (et je coupe la musique, bouge ton corps, allez transforme toi, …).
Swe3et arrive à l’avant du bus en tenue d’Adam et Eve. Mais où est donc passé son kiki ? (à part DMC)

On s’arrête pour une longue pause.
L’association a (une nouvelle fois) offert le casse croute. Manger fait du bien à beaucoup de monde.
La fête est belle. Mais je l’ai déjà beaucoup dit. On est tous sur notre nuage de bonheur.
On repart pour finir tranquillement la route vers Paris. Terrible erreur.
Ludo m’appelle en direct du bus vert. Un pneu a éclaté. Il s’en suit une discussion un peu chaude entre José et son patron. Le pauvre chauffeur du bus vert est perdu et ne s’est pas changé une roue.
Que faire ? Déposer tout le monde à Paris et revenir chercher les 50 malheureux bloqués au bord de l’autoroute ou Faire demi-tour pour aider à réparer.
José s’énerve et ne semble pas très content à l’idée de faire demi-tour.
Au final, seul le bus orange arrivera (presque à l’heure) sur Paris. Un grand merci à ceux qui ont attendu des personnes des autres bus. Ceci avait bien stressé Mikou qui, en ayant changé de bus, avait laissé ses affaires (et ses clés) dans le bus orange.

3h : On arrive à hauteur du bus vert.
José va aider (ou plutôt tout faire) pour changer la roue. Il finira avec la chemise trempée et sale alors que l’autre chauffeur avait l’air spécialiste du contrôle des travaux finis.
Swe3et et Anubis vont improviser un dancing au bord de l’autoroute. Un monsieur en perruque blonde viendra discuter avec moi (eh non je vais bien, je n’ai pas bu, dira cette personne que tout le monde a reconnu).
A un moment Swe3et et Anubis disparaisse de notre vue. A la question que font-ils je réponds tel Mickael Kael : ils sont partis pour enc… un mouton.
2h plus tard, la roue est enfin changée. Merci José.
Entre temps, on aperçoit un passager clandestin dans notre bus. Il s’agit d’un gars de Bordeaux qui s’est réveillé surpris d’apprendre que son car se dirigeait sur Paris. Trop sec !!!
A noter que je ne lui ai pas demandé de payer le prix non membre.

7h : On arrive sur Paris.
Un dernier contretemps avec une petite touchette entre le car et une clio. Je peux vous dire que la clio s’est moins solide.
A noter que notre ami Korns est toujours en train de boire. Je crois que c’est seul dans le bus à avoir picolé du départ à l’arrivée.
Tout le fond est presque sec et incapable de nettoyer.
Le bus rouge est une porcherie. Certains vont m’aider au nettoyage. Un grand merci à eux : Kasta, Dick, Mikou, Mafalda, Romain, …
Note pour plus tard : interdire les confettis car ramasser ceux-ci quand pleins d’alcool s’est rependu parterre, c’est chaud.

Merci aux 145 personnes présentes dans les 3 bus.
Merci à ceux qui nous ont aidés pour l’organisation et la gestion de ce déplacement.
Merci aux joueurs bordelais pour leur immense saison et le bonheur qu’ils nous ont donné.

Rendez-vous l’an prochain pour une année qui s’annonce de nouveau exceptionnelle.

Merci GIBALDIPONTIN

Compte-rendu du bus orange : Bois-Peu

Tous sur Amandine !!!

Arrivée pour ma part sur le lieu de rendez vous (chut c’est secret, personne ne nous a vu !)
– « Oh putain… ouai ça fait du monde »
Le temps de dire bonjour (pas à tout le monde faut pas déconner) les trois bus arrivent. Chacun fait son choix et monte dans son bus.
Le temps ensuite pour les organisateurs… d’organiser et les 150 supporters quittent la capitale.
Je suis monté dans le bus « bois peu » ou orange comme vous voulez…
Fond du bus très jeune (la relève ?) En tout cas ça chante, en route vers le titre de champion ! Tout le monde est chaud bouillant. Surtout Rominou qui pour on ne sait quelle raison avait envie de montrer ses fesses à tous les automobilistes de Paris.
On commence traditionnellement par la présentation des nouveaux par Almajo et petitpapanoel. Mais désolé pour les quelques nouveaux qui ont eu du mal à se faire entendre mais une seule à réussi à retenir l’attention du bus entier… et pour cause elle est jeune et blonde… ça suffit pour transformer une bande de jeunes pubères en animaux en rut…
Bienvenue donc à Amandine mais est il encore nécessaire de le dire…
Bref…
Premier arrêt éclair au péage. L’occasion de buissoner les nouveaux et d’autres aussi. Pour ma part j’me suis fait plaisir.

Retour au bus ensuite pour finir les interviews. Et commence alors le bal incessant du miel et ses abeilles. Et au fond oh oh ! et à l’avant oh oh ! et au milieux oh oh ! On suit tous Amandine…
Niveau boissons, on se cantonne à la bière. Pour garder nos munitions pour le retour.

Arrêt suivant. A la station service pour la traditionnelle photo de famille. Puis nous repartons à l’assaut des routes normandes.
Arrivée à Caen. Le bus est en ébullition. Nous avons rendez vous avec l’histoire !

Puis passe le match… je vous raconte pas vous étiez là !

Puis sortie du stade, la fête continue entre les nombreux bus sur le parking visiteur.
Je monterai pour ma part dans le bus rouge sur invitation vip :8-):
Grosse ambiance digne de l’évènement. Champagne, ballons, musique… c’est la bringue !!!!

Arrêt à une station service. L’occasion pour certains de nos acolytes de rejoindre la section. Et l’occasion pour moi de revenir dans le bus « bois peu ».
L’ambiance y est moins déjantée mais toute aussi chaleureuse.

Nous filons droit vers Paris quand surprise, le car « l’équipe » à éclaté un pneu et le car « populaire » fait demi tour pour voler à son secours.
Pour nous les ordres sont claire, continuer notre route vers Paris.
étant en galère pour rejoindre Vanves à partir du lieu d’arrivée, j’ai eu la chance d’avoir été déposé au pied de mon immeuble par le bus. Merci beaucoup !
Résultat des courses donc Chiky à volé mon sac et ma Jacqueline !!
Et très bon déplacement avec la meilleure chose qui pouvait nous arriver, NOUS SOMMES CHAMPIONS DE FRANCE !!! On s’est tous bien transformés je crois

Et ne vous inquiétez pas, nous continuerons de fêter ça dès le premier déplacement de la saison 2009/2010

Merci à tous et surtout au bureau et futur bureau qui a très bien géré le déplacement. Merci à Almajo qui à très bien géré le bus « bois peu ».
Merci à Bordeaux

A la saison prochaine mes amis !

Merci THEVY

Compte-rendu du bus vert : L’Equipe

Petit CR du bus l’équipe :

Tout le monde est assis dans ce bus, tout le monde est bien rangé à sa place, y’a pas un bruit ou presque.
On démarre et je m’aperçois au bout de quelques minutes qu’on est parti sur le périph nord… Merde, il est déjà bourré José !?
Bon, personne comprend, mais on s’en fout, on va faire la fête !
Petit discours de bienvenue, pas mal de têtes connues, d’autres complètement nouvelles, ça s’annonce sympa comme dép. Puis en faisant un petit tour, je remarque peu de journaux mais pas mal de bouteilles ! L’après-midi s’annonce bien bonne !
Le Get27 est bien présent, les heineken aussi : bah bus vert oblige !
Le chauffeur a l’air au taquet, il apprécie, commence déjà à nous faire des blagues au micro…

Vangogh, Youpla, Paulette, Andrew et Alex, Darch, Planus, etc sont présent, et sont déchainés.
On roule depuis quelques dizaines de minutes, on passe devant la station de Morainvilliers, et… on s’arrête pas !
J’appelle Gibal : ‘non, mais c’est juste avant Mante c’est bon..’, ah bah si tu le dis Gibal…
Bon, finalement, arrêt au péage, histoire d’attendre tout le monde…
Dick nous rejoint, avec un lot de t-shirt à faire gagner : commence alors un concours de blagues assez bizarre.
Entre blagues pas drôles, carrément dégueu, ou à ne pas dire à toutes les oreilles, les éclats de rire se succèdent !
Durant ce concours, Dick trouve le moyen de mettre le micro dans la bouche de Matthieu, et… RIP le micro !
Merde, ça va être plus compliqué pour le reste du trajet !
Planus vient nous faire admirer son magnifique short-caleçon, et est déjà tout sec

Pas mal de discussion à l’arrière comme à l’avant, les kilomètres défilent, Gibal me prévient qu’on ne fera pas de pause tout de suite, mais qu’on va s’approcher au max de Caen, quite à faire le pique nique sur le parking.
On fait tout de même un arrêt dans une station, le temps de faire les photos de groupe (et de croupe) 🙂

Arrivée à Caen, on est pas si en avance que cela. Comme quoi, un rendez-vous assez tôt était une bonne idée.
Je rentre vers 20h30, découverte d’un parcage plein, une magnifique ambiance.
Les caennais se sont aussi mobilisés, et croient en leur équipe. Les chants se suivent, coté ultras, très bien repris par l’ensemble du parcage bordelais.
Excellente surprise que de voir Laslandes et Saveljic s’asseoir pas loin du kop bordelais, ils seront d’ailleurs chaudement applaudis.
[mode_mauvaisefoi]Le match n’est qu’une formalité…[/mode_mauvaisefoi]
Non, j’ai pas mal stressé… En première mi-temps, je faisais des aller-retour en bas du parcage. En seconde, plus les minutes défilaient, plus je voyais le titre s’approcher, et je me sentais de mieux en mieux. Ramé, par quelques magnifiques arrêts, puis Gouffran m’ont libéré !
Autour de moi, les gens ne sont plus inquiets non plus. L’arbitre siffle, on y est, on touche au graal !
Les joueurs viennent faire la fête avec nous, Triaud aussi. Le parcage est en fusion, on en rit, on en pleure joie.
Certains en sont à leur 4è titre, d’autres en sont à leur second, les plus jeunes vivent leur premier sacre.

Une fois tout le monde partis, il est temps de remonter dans les bus.
L’ambiance est bonne dans le bus vert, le sourire est de mise !
De nouvelles personnes ont investit le bus vert : une blonde et une rousse ! 🙂
Les blagues et discussions en tout genre laisse place à l’inquiétude, lorsqu’un grand bruit se fait entendre !
Un pneu vient d’éclater !
Bon, le chauffeur est aux fraises, il attend le retour du bus rouge… pour notre plaisir !
Car, faut l’avouer, l’arrivée de Sweet et Anubis (et quelques autres) nous offre de grands moments !
Le car repart finalement, arrivée tardive sur Paris (aussi long qu’un Toulouse-Bordeaux !), mais les mines sont heureuses.
Tout le monde s’en souviendra longtemps, moi le premier.

Il est temps de se dire au revoir et d’attendre 2 mois avant le prochain dép !
Heureusement, quelques tournois et l’AG vont nous permettre de nous retrouver (pour certains).

J’espère que tout le monde a autant (sinon plus) apprécié ce match, et cette saison.
Rendez-vous (pour ceux qui ne nous quittes pas  ) l’année prochaine pour plein de nouveaux déps en France et en Europe (et pour certains dans le Monde).

Merci LUDO92250


Caen – Bordeaux (24/11/2007)

Caen – Bordeaux (24/11/07)

N°68 : Caen 5 – 0 Bordeaux (24/11/07) / Stade Michel d’Ornano

Compte-rendu

RDV pour 49 personnes à Paris direction Caen. Le car est plein et l’ambiance s’annonce excellente vu les présents.
C’est parti donc pour ce petit voyage en Normandie. Gibal’ prend la parole mais n’est pas déranger par le ptit ‘ferme ta gueule’ mais plus par le ta gueule de Tarao. Sur la route nous récupérons Pamounet le facteur. Et c’est reparti. Gibal’ nous annonce le théme du déplacement celui de la pomme…avec des tartes, des boissons et des pommes pour le prochain arrêt. Le fond du bus est assez enervé et pour ce défoulés, rien de mieu, qu’un bon pongo. Des grosses baffes éclatent entre nos membres du bureau et d’autre (video a venir) Vient l’heure ensuite pour Protus et Mario, de récupérer l’argent et pour moi de m’occuper des pronostics…65euros envions pour la gagnotte ce soir!!! Vangogh n’a pas jouer sa salope. Premier arrêt pour le car et ses occupants. Pause pipi (ou plus peut-étre). Sur les tables de dehors, de belles tartes qui font plaisirs mais un foot est entrain de se jouer donc j’y vais. Deux petites équipes de trois contre quatre pour un ptit match avec Thévy au but. Le temps de manger et que le match se termine sur un 2-2 et tout le monde repart pour la Normandie.
Sur ce chemain là, Rejane nous rejoint avec un ptit verre de trop ??? et le fond du bus chante ‘mets toi toute nue’…sans effet.
Nous arrivons donc à Caen(Quand??ben vers 19H30) où plusieurs personnes nous attendent dont les Anusbis, Bilout pére et fils.
Sous le froid nous rentrons dans le stade avec une belle ambiance pour un match a notre porté.
Je passe le match avec Thévy, Ptipapanoel, Orignal et son filston, PtiteLillou et LoicPorshe.Aprés 10petites minutes deja Bordeaux est mené sur une boulette.1-0 pour Caen. Deuxiéme…une boulette, aprés carton rouge, troisiéme but alors qu’il n’y a pas peno et deuxiéme carton rouge.Enuite 4éme but, s’est alors que Ptitpapanoel, Orignal et son fils et moi décidons de quitter le match plus que pitoyable. C’est alors que l’on entend le public encore content … donc 5-0 puis 6!!! mais refusé.
Une demie heure d’attente avant de sortir.
Nous remontons dans le bus lorsqu’une bagarre eclate entre Bordelais (mais pas nous) et CRS.
Finalement personne ne gagne les pronos qui sont remis au prochain dép.
Nous repartons direction Paris. Nous croisons les Anusbis pour la derniére fois de la soirée prés de leurs voiture.
Retour plùtot calme avec quelques personnes qui exigent le remboursement aprés ce match. Chacun discutent de choses et d’autres. Avant de nous arrétais une petite derniére fois pour se libérer les vessie avant de dire au revoir aux Bilout. Nous repartons pour Paris et arrivons vers 2H-2h30. A l’arrivé nous sommes (presque) accueillis pas de jolies demoiselles. Elles partent et nous aussi. Gibal’ et moi repartons avec Pim’s pour une route bouchonnée à 2H30 du matin. En méme temps il y avait un tunnel incendié.
Nous arrivons vers 3H du matin. Merci encore Pim’s!!!
Encore un super déplacement méme si encore une fois le match sera la chose nulle du dép. Comme je dirais, faut mieu prendre une fois 5-0 que fois cinq 1-0 méme si 5-0 c’est plus marquant.
Merci au bureau pour cette belle organisation (comme d’hab), parfait!!!
a bientot (mais pas avant 2008).

Merci FERNANDO


Caen – Bordeaux (02/10/2004)

Caen – Bordeaux (02/10/04)

N°14 : Caen 1 – 1 Bordeaux (02/10/04) / Stade Michel d’Ornano

Compte-rendu

C’était bien sympa les gars ce petit déplacement !

Encouragé par le bon début de saison de nos girondins, et par la volonté de découvrir le stade d’Ornano (18ème stade visité pour moi en France, ça commence à faire !), j’ai contacté Nico, le prez’ de l’association « Marine et Blanc IDF » qui organise quelques déplacements au départ de Paris, et qui assure aussi des retransmissions dans un local (à Paris lui aussi : ça c’est une super idée – plus besoin de payer TPS, canal + et le pay per view pour voir les gigis, et en plus on peut mater les matchs entre supporter…).

Le déplacement avec la place c’est 33 euros, 30 si on est adhérent de l’assoc’. Le prez’ me met directement au parfum et sans détour lors du premier contact téléphonique « écoute mon petit Passou, chez nous on aime pas trop les retardataires, alors soit au rencard samedi à 15h00 pétantes ». !! Ca rigole pas chez les marine et blanc IDF que je me dit, et à 14h58, c’est le cœur battant que j’arrive au rencard en me disant je vais être le dernier et je vais me fait chambrer.

En fin de compte, je vois 3 types qui attendent, on devait être 15 à partir, et le prez’ n’est pas là !! Le dernier retardataire n’arrivera que vers 15h45, et je me dit « c’est la première fois et la dernière que je me fais rouler la prochaine fois j’arrive une heure à la bourre ».

En plus du retard donc, on découvre que 2 voitures nous attendent à … porte d’Orléans, nous qui étions à Porte de la Chapelle (pour ceux qui ne connaissent pas Paris, c’est juste le sud alors que nous étions au nord…). Là je me dit, bon le prez’ non seulement il est en retard mais en plus il a pas le sens de l’orientation et/ou de l’organisation, va falloir penser à dissoudre l’assemblée et à organiser des élections anticipées…

On se dirige donc vers Saint-Cloud au Parc des Princes, dans le fief des Boulogne Boys pas loin de la brasserie des 3 obus où on a rencard avec les 2 voitures qui se sont perdues. D’un coup d’un seul, je remarque que tout le monde a discrètement remis qui un pull qui un manteau par dessus les maillots des girondins, sortis un peu hâtivement, y’en a qui cherche pas les embrouilles à priori !!

Les gars du déplacement. Ma plus grosse inquiétude c’était de me retrouver avec une bande d’adolescent post-pubère avec un délire un peu naze. En fait, il y a avait un peu de tout, de l’étudiant aux types dans la trentaine (dont moi, cool je suis pas le plus vieux !!). Ambiance supporter des girondins depuis la plus tendre enfance qui se fait un petit plaisir un week-end de temps en temps, mais pas non plus le gros excité au point de faire 3000 kilomètres en voiture aller voir jouer les gigis à Volgograd tous les samedis. Je me sens à l’aise dans mes pompes dans cette ambiance.

16H30, on quitte enfin Paris avec une heure et demi de retard et j’ai l’impression d’être le seul à être inquiet de ne pas être au match au coup d’envoi.

On fait 10 kilomètres, et la les ennuis commencent. Dans la voiture ou je me trouve, problème mécanique sur un changement de vitesse, grosse fumée derrière nous. Angoisse immédiate dans la voiture « quelqu’un est mécano les gars, nous demande le prez’ »…Perdu.

On s’arrête à la première station essence, le conducteur remet de l’huile (trop à priori) et là c’est la scène hallucinante : on remet le moteur en marche, petite accélération (à l’arrêt), et le moteur qui s’emballe complètement, un nuage incroyable qui sort du pot d’échappement… le conducteur retire la clef pour arrêter le moteur mais rien n’y fait !! le moteur monte tout seul en puissance et s’emballe…c’est la panique dans la station-essence tout le monde court se mettre à l’abri et finalement deux employés de la station arriveront à couper le moteur. Le moteur a l’air d’être bien foutu, le propriétaire de la voiture accuse le coup et nous avec, malheureux pour lui et honteux d’être inutiles. On a l’air con avec nos maillots et nos écharpes devant cette scène. Le soir, chacun mettra son petit billet pour aider symboliquement le propriétaire du véhicule. Je me dis, dans cette assoc’ y’a des gars cool.

Des types sont repartis sur Paris chercher des véhicules (on est à 30 kilomètres pas plus), et ils reviennent vers18h20. On a donc 1h40 pour faire 200 bornes et arriver au stade, le moral est pas au beau fixe. Le prez’ essaie de rassurer tous les petits nouveaux dont c’est le premier déplacement, y paraît que ça se passe pas comme ça à chaque fois, soit.

C’est à fière allure qu’on se dirige vers Ornano, le cœur battant et les yeux rivés sur la pendule. Dans les voitures (non fumeurs, ça aussi c’est vraiment cool, respect des autres), la conversation reprend, ça parle foot, girondins, de l’assoc’, des forums…

20h00 : on arrive sur Caen, premier stress énorme, périph nord ou périph sud ? la radio est à fond, Caen a sa première occas’ on est pas serein, vieille angoisse, vivement qu’on arrive bordel.

20h15, on est enfin au stade, on a loupé que le premier quart d’heure, ça va c’est cool. Première impression sur le stade d’Ornano : moche de l’extérieur. Ca fait beaucoup plus Palais des Congrès, salle de conférences que stade, car c’est uns sorte d’enceinte carrée assez massive dans laquelle on a mis un terrain. Perso, j’aime vraiment pas.

20h16, le parcage. Alors là je pousse un coup de gueule ! Pour arriver dans la tribune bordelaise il faut se baisser et passer sous le béton du stade, et on débouche dans un carré de 30 mètres sur 30, avec un filet qui ressemble à une cote de maille juste au-dessus de nous et qui nous gâche la vue du terrain. Sur les cotés deux rangées de protection en fers. Même des poulets élevés en batteries refuserait ces conditions de détention inhumaines. On est entassé la-dedans à plus de 200, on voit rien sur le terrain et j’ai l’impression de revivre ma jeunesse lorsque je regardais les programmes éducatifs du samedi soir sur canal + en crypté…. J.

De suite, Caen à l’air bien en place et marque un premier but pas illogique. Nous on vient d’arriver et on est cueillit à froid. Le stade de l’intérieur est propret, « bon enfant », siège couleur vert pomme qui n’auraient pas fait rougir les canaris nantais. Peu ou pas d’ambiance de la part du public caennais pourtant match à guichet fermé, on entend que les chants bordelais (c’est peut être aussi qu’une impression donnée par le parcage et la promiscuité).

Dans la tribune bordelaise, on se demande si Ramé s’est encore troué une fois de plus (voir le topic spécial Ramé) et on se demande pourquoi Bordeaux a toujours la balle sans se créer tant d’occasion de but que ça. Caen joue en contre jusqu’à la mi-temps.

La 2ème mi-temps repart et vu la supériorité technique et physique des bordelais affichée en première mi-temps, tout le monde y croit.

Seulement voilà. Le stade a pris en grippe Chamakh à cause d’un contact avec Planté, le gardien adverse novice mais excellent, et qui a très mal porté son nom samedi soir (dommage). L’arbitre, lui aussi novice et qui a remplacé au dernier moment celui qui était prévu, avait décidé d’expulser notre jeune attaquant. On va pas revenir sur ce nouveau scandale d’arbitrage, les images parlent d’elles-mêmes. A ce moment, ou Chamakh sort du terrain, il y a une sorte de haine collective dans la tribune bordelaise, l’arbitre est vraiment en train de faire basculer le match, il siffle contre nous chaque action et chaque tacle pourtant régulier (avoir une équipe physique c’est pas interdit, non ?). Donc haine et impuissance, on se dit on est meilleur, on joue mieux, on est plus technique, on est plus physique et on perd 1-0 à 10 contre 11 : y’a quelque chose qui cloche décidément ! C’est à ce moment de dépit total que Meriem remet tout le monde d’accord. C’est beau le foot J.

Et là, le match rebascule au niveau psychologique. Sur le coté gauche, Jurietti et Rool sont chaud bouillant, personne ne passe ! Faubert à droite est énorme !! Grosse vitesse, tacles XXL, il se permet à 10 contre 11 de belles montées bien senties. On commence à croire au 2-1, surtout que l’équipe de Caen n’a rien dans le froc ce soir là. Dès que Meriem touche le ballon c’est le feu. Pourtant Pavon décide de tenir le résultat en sortant Francia pour Cohade. L’équipe recule de suite et Caen se met à l’attaque dans les 10 dernières minutes. Comme sur les cotés ça ne passe pas, Caen balance des ballons dans le dos de la défense centrale et c’est très très limite à chaque fois. Le point faible des bordelais se situerait – il en défense centrale dans les ballons aériens ? (déjà contre le TFC …).

Au final, on prend 1 point, mais c’est 2 de perdus sur la qualité respective des équipes. Bordeaux vient de signer son 8ème match sans défaite, mais retombe dans le ventre mou.

Après le match, quelques rencontres avec d’autres supporters des girondins, avec des habitués des forums, c’est sympa. On refait un peu la match, mais en fait pas trop. La grande tradition du buisson a été respectée même si j’ai réussit à l’esquivée un peu (authentique entorse, je sais ce que tout le monde en pense) !

On rentre sur Paris et je me dit vivement le prochain déplacement ! Y’avait plein de brèves de comptoirs à raconter car le prez’ c’est un monument, mais bon, comme je suis un petit nouveau on m’a fait comprendre que je ferais mieux de me la fermer (ça sera pour la prochaine fois hé hé hé).

Retour sur Paname à 2h00 du mat’. C’était bien cool

Merci PASSOU